La construction en paille, pour le respect de l’environnement

Et si c’était le premier des 3 petits cochons qui avait toujours eu raison ? La paille est un matériau écologique aux mille atouts !
Nicolas F.
2 avril, 2021

Face aux enjeux climatiques actuels, la construction d’une maison en paille prend tout son sens. En 2018, le secteur résidentiel et tertiaire représentait 45 % de la consommation d’énergie finale et 19 % des émissions de gaz à effet de serre en France. Durable, économique, confortable et performant, ce type de construction de maison fait de plus en plus d’adeptes ! Alors, pourquoi préférer la paille à un polystyrène ou à une laine minérale ? Kaaz vous dit tout sur les atouts de la paille !

D’où provient la paille et à quoi sert-elle ?

Issue de l’agriculture, la paille est constituée de tiges de graminées provenant principalement de cultures céréalières (riz, orge, seigle, etc.). Elle peut être laissée au sol pour apporter de la matière organique, et constituer ainsi un engrais naturel, ou être transformée en ballots. Le cas échéant, celle-ci sera fauchée, battue pour être délestée de ses épis et ramassée par une botteleuse. C’est ainsi que la paille compressée prend sa forme ronde ou rectangulaire.

Longtemps considérée comme un résidu végétal, la paille est principalement utilisée en guise de :

  • Litière pour animaux, dont le fumier sera également récupéré pour servir comme amendement et fertilisant de sol ;
  • Nourriture pour ruminants (vaches, chèvres, moutons, etc.), bien que la valeur nutritive soit relativement faible ;
  • Combustible, utilisé généralement en appoint d’une autre énergie (bois-bûches, granulés, etc.) et pour un réseau de chaleur (centrale de chauffage collectif) ;
  • Matériau isolant pour la construction ou la rénovation de maisons, la paille offre un très bon niveau d’isolation avec un confort incomparable !

L’histoire de la paille dans la construction

L'histoire de la paille

Utiliser la paille pour construire une maison n’est pas une nouveauté ! En effet, c’est au Nebraska (aux États-Unis) en 1886 que sont apparues les premières habitations utilisant ce matériau de construction. La paille constituait alors une excellente ressource locale pour bâtir des murs porteurs isolants. À l’époque, il n’existait aucune règle spécifique. Les maisons étaient donc réalisées en autoconstruction.

D’ailleurs, la paille a longtemps souffert d’un manque de reconnaissance ! Ce n’est qu’après 4 ans de combat acharné que le RFCP (Réseau Français de la Construction Paille) parviendra à établir des règles professionnelles validées par l’AQC (Agence Qualité Construction). Depuis la « RT 2012 » (Réglementation Thermique), vous pouvez donc réaliser ce type de construction écologique, et même la confier à un constructeur de maisons ou à un architecte !

De plus, l’État semble vouloir augmenter son engagement dans la lutte contre le réchauffement climatique. En effet, la prochaine réglementation, la « RE 2020 » (Réglementation Environnementale), privilégiera les matériaux à faible énergie grise, de type « biosourcé » (laine de mouton, fibre de bois, bardage, etc.). En d’autres termes, les produits ayant subi le moins de transformations et de transport seront favorisés, ce qui est une excellente nouvelle pour la paille !

Bon à savoir : en France, la première construction en paille en ossature bois a été créée en 1920 par un ingénieur visionnaire de l’époque, Émile Feuillette. La maison est actuellement toujours en excellent état et appartient désormais au Centre Nationale de la Construction Paille (CNCP).

Comment construire en paille ?

Au fil du temps et de l’apprentissage des erreurs, la construction en paille s’est améliorée. Il en existe aujourd’hui plusieurs variantes.

La construction en paille « porteuse »

Construire en paille porteuse

La paille « porteuse » est la technique de construction la plus ancienne, celle élaborée par les habitants du Nebraska. Les bottes de paille compressées sont posées en quinconce, à la manière des briques et sans ossature.

Ainsi, les ballots de paille sont empilés à partir d’une lisse basse en bois sur un soubassement généralement maçonné pour éviter les remontées capillaires (humidité provenant du sol). Des précadres en bois sont prévus pour encastrer les menuiseries (fenêtres et porte d’entrée). Une deuxième lisse est montée en haut du mur pour recevoir la charpente, mais également pour servir de support. En effet, des sangles compriment les murs depuis la lisse haute jusqu’à la lisse basse pour garantir une parfaite rigidité structurelle.

La construction en remplissage paille, selon la méthode GREB

Construire en paille méthode GREB

La méthode GREB (Groupe de Recherche Écologique de la Baie) est une technique provenant du Québec. Après création d’un soubassement assurant le rôle d’étanchéité à l’eau, une double ossature bois en structure légère (section de 10 cm par 4) est installée du rez-de-chaussée à l’étage. L’espacement entre les deux ossatures correspond à l’épaisseur des bottes de paille, formant ainsi un coffrage.

Les ballots de paille sont ensuite déposés à l’intérieur de l’ossature et maintenus par des liens (tirants métalliques ou en bois, planches, clous, etc.). La rigidité finale est procurée par l’injection d’un mortier, qui sert également de support d’enduit. L’ajout d’un mortier augmente un peu le bilan carbone de la construction. Toutefois, celui-ci peut être réalisé à partir d’un mélange de sciures, de sable, de chaux et de ciment pour limiter au maximum l’impact énergétique et environnemental du bâtiment.

La construction en paille en caisson préfabriqué

Construire en paille avec caissons préfabriqués

Cette méthode permet d’édifier une maison en un minimum de temps, en effet vos murs et votre toiture vous arrivent déjà montés d’usine. Les caissons en bois sont assemblés au préalable afin de recevoir les bottes de paille. Les caissons peuvent être porteurs, et dans ce cas ils sont tous équipés (contreventement, pare-pluie, pare-vapeur, parement extérieur, etc.). Mais, ils peuvent également servir en guise d’isolation par l’extérieur (murs, rampants ou combles perdus) rapportée à des murs existants.

Bon à savoir : il existe de nombreuses autres façons de construire avec la paille. En effet, celle-ci trouvera également aisément sa place en remplacement de l’isolant traditionnel (laine de bois, de verre, etc.) d’une maison à ossature bois.

Les 10 bonnes raisons de choisir la construction en paille

La maison des 3 petits cochons

Quelles motivations poussent certains propriétaires à vouloir recréer la maison de l’un des trois petits cochons ? Cela ne fait nul doute, même le grand méchant loup ne parviendra pas à briser cette construction pleine d’atouts :

  1. Un bilan carbone très faible, grâce à son approvisionnement en matériaux naturels et locaux.
  2. Un produit écologique, recyclable et biodégradable. En fin de vie, la paille peut même être réutilisée (amendement, combustible, etc.).
  3. La durabilité des ouvrages. Les maisons les plus anciennes ont plus de 100 ans.
  4. Un habitat sain, sans risque pour la santé. La paille émet très peu de COV (Composés Organiques Volatils) et de formaldéhydes. Mieux encore, il agit comme un puits de carbone en stockant les polluants et en préservant la qualité de l’air de ses occupants.
  5. Un isolant thermique et acoustique de qualité, été comme hiver. 37 cm de paille posée sur flan donne une résistance thermique supérieure à 7 m² K/W, alors que la norme actuelle n’en demande que 3,7 !
  6. Un confort et une qualité de vie incomparables. La paille agit comme un régulateur naturel d’humidité. L’enduit à la chaux assure la bonne migration de la vapeur d’eau.
  7. Une construction qui ne craint pas l’humidité, à condition toutefois que sa pose soit parfaitement bien réalisée dans le respect des « règles de l’art ».
  8. Des réalisations validées par l’Agence Qualité Construction, certifiées par les règles professionnelles rédigées par le Réseau Français de La Construction Paille (CNCP). La paille est idéale pour faire certifier sa maison d'un label de qualité écologique.
  9. Un produit ignifuge. Grâce à sa forte compression, l’air ne peut pas passer. Et sans oxygène, pas de feu !
  10. Un matériau qui n’attire ni les insectes ni les rongeurs. En effet, la tige privée de son épi ne présente aucun intérêt gustatif ou nourrissant. D’autre part, l’enduit protège contre les intrusions.

Nicolas F.
2 avril, 2021
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Vous avez un projet,
parlez-nous en !

Contactez-nous et profitez d'un suivi gratuit spécialisé.