Comment obtenir le confort thermique dans votre maison ?

Ni trop chaud, ni trop froid, ni trop humide… pour être bien chez vous, le confort thermique, c’est important ! Comment y parvient-on ?
Nicolas F.
2 avril, 2021

Le contexte pandémique a modifié les habitudes de vie. En effet, le télétravail permet désormais de travailler depuis chez soi. Mais, cette omniprésence à votre domicile n’est pas sans conséquence sur votre consommation d’énergie. Baisser la température ne constitue pas une réelle solution, car vous risquez de générer de l’humidité et des moisissures. Alors, comment améliorer le confort thermique dans votre maison, sans augmenter votre facture énergétique ? Kaaz vous partage ses bonnes astuces !

Qu’est-ce que le confort thermique ?

La notion de confort thermique est subjective, propre à chacun. Vous connaissez certainement tous quelqu’un qui, même en hiver, supporte bien le tee-shirt ou à l’inverse qui m’emmitoufle de 3 épaisseurs pour se sentir bien au chaud. Le confort thermique traduit donc une forme de bien-être et suppose donc l’absence de nuisances, sources d’inconfort !

Les 6 paramètres qui influent sur le confort thermique

Les paramètres qui influent sur le confort thermique
Source PIXABAY-FotoRieth

L’inconfort thermique n’est pas toujours évident à comprendre et à détecter. Même si celui-ci est perceptible et bien présent à l’intérieur de vos pièces chauffées, il n’en reste pas moins invisible !

Toutefois, ces quelques indices devraient pouvoir vous mettre sur la bonne voie :

  • La température ambiante

Il vous faut trouver votre température idéale, celle où vous n’avez ni trop chaud ni trop froid. Le confort thermique est également plus facile à obtenir avec une température homogène dans toutes vos pièces.

  • Le taux d’humidité de l’air

Le taux d’humidité relative (HR), c’est-à-dire la teneur en vapeur d’eau de l’air, doit être compris entre 35 et 70 %. Un air trop sec assèche les muqueuses et provoque des problèmes respiratoires. Inversement, une humidité excessive dégrade la qualité de l’air et provoque des allergies.

  • La température des parois

Plus la différence de température intérieure et extérieure est élevée, plus vos murs extérieurs, vos planchers ou vos plafonds vont conduire du froid en l’absence d’une isolation thermique. Ainsi, l’air chaud au contact des parois froides (fenêtres ou murs non isolés, par exemple) va s’agiter pour tenter de s’homogénéiser. Ce phénomène qui s’appelle « la convection » génère des courants d’air désagréables.

  • Les mouvements de l’air

La convection peut également être accentuée par la mauvaise étanchéité à l’air de vos menuiseries extérieures (fenêtres, portes, etc.), par la présence de ponts thermiques (points faibles d’une paroi où l’air peut passer), d’un système de ventilation non performant, etc.

  • La température ressentie

Si vous chauffez à 20 °C, mais que votre mur extérieur n’est qu’à 14 °C, la température ressentie ne sera que de 14 °C. En revanche, si la paroi extérieure est à 19 °C, la température intérieure ressentie sera de 19,5 °C (source : ADEME). Et pourtant, dans les 2 cas, votre température de consigne (chauffage) était identique !

  • Les facteurs personnels

Nul ne peut le nier, en prenant de l’âge, on devient plus sensible au froid. C’est également le cas, si vous êtes fatigué ou malade !

Existe-t-il une norme de température à respecter ?

Température idéale confort thermique

Certaines personnes auront besoin de chauffer leur maison à 22 °C, alors que d’autres obtiendront leur température de confort à 18 °C. Mais, existe-t-il vraiment une « norme » ou une réglementation thermique spécifique pour encadrer une éventuelle température intérieure à respecter ? Selon l’administration française, « La limite supérieure de température de chauffage est réglementairement fixée à 19 °C ». D’ailleurs, tous les calculs thermiques (audit énergétique réglementaire, diagnostic de performance énergétique, etc.) se basent sur cette valeur pour établir le bilan des déperditions thermiques de votre habitation. Toutefois, si votre maison n’est pas isolée et si vous êtes sensible au froid, vous risquez certainement de ne pas pouvoir appliquer cette règle !

Comment améliorer votre confort thermique ?

Le corps humain a besoin de maintenir une température comprise entre 36 et 37,5 °C. C’est pourquoi les vêtements jouent un rôle essentiel. Au fil des saisons et des différences de température, vous adaptez naturellement votre habillement en conséquence. Pour votre maison, il faut adopter le même raisonnement.

Les 5 conseils de Kaaz pour augmenter votre confort thermique :

  1. Équipez votre logement d’une bonne isolation.
    • L’isolation des murs extérieurs maintient une température de surface élevée. Ainsi, vous ne ressentirez plus les courants d’air (convection). L’idéal est d’isoler vos murs par l’extérieur pour conserver l’inertie thermique de votre maison. Ainsi, vous préservez également un bon confort d’été (éviter les surchauffes estivales) ;
    • L’isolation de toiture et des combles perdus réduisent considérablement les pertes thermiques. En effet, la chaleur monte naturellement. C’est pourquoi ce poste doit toujours constituer une priorité dans vos travaux de rénovation ;
    • L’isolation des planchers limite la conduction du froid, notamment si votre sol est une dalle avec un carrelage. En gardant vos pieds au chaud, la sensation de confort est immédiate ;
    • Si vos fenêtres sont à simple vitrage, optez pour des modèles moins déperditifs (double-vitrage ou triple-vitrage).
  2. Optimisez votre système de chauffage avec un appareil performant (à haut rendement, radiateurs à basse température ou plancher chauffant, etc.) facile à réguler (avec thermostat, vannes thermostatiques, etc.).
  3. Contrôler la température et l’hygrométrie de l’air ambiant, assurez-vous d’être toujours dans la zone de confort (de 35 à 70 % d’humidité relative).
  4. Garantissez une bonne qualité de l’air intérieur en installant une ventilation mécanique contrôlée (VMC) performante et en aérant régulièrement.
  5. Faites bon usage de vos volets roulants ou battants. En effet, ces protections font office de barrière contre le froid et sont appréciables contre les canicules. Un système de protection solaire peut s’avérer également d’une grande efficacité. Il assure la fermeture ou l’ouverture automatique des volets pour profiter au maximum des apports solaires.

Bon à savoir : si vous décidez d’engager une rénovation énergétique de votre logement, en plus de réaliser des économies d’énergie, vous pourrez bénéficier d’aides financières. Pour connaître votre éligibilité, vous pouvez contacter gratuitement un « conseiller FAIRE ».

Nicolas F.
2 avril, 2021
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Vous avez un projet,
parlez-nous en !

Contactez-nous et profitez d'un suivi gratuit spécialisé.